Champignons destructeurs dans les maisons : la hantise des propriétaires

L’infestation de champignons fragilise la structure de la construction et de l’habitation. Elle peut aussi être à l’origine de problèmes respiratoires. Un taux d’humidité anormalement élevé et un manque d’aération favorisent la prolifération des champignons.

 

Quels sont les champignons destructeurs dans les habitations ?

Les champignons attaquent les boiseries de la maison. On les retrouve surtout dans les bois des charpentes, des poutres, des plinthes et des planchers.

Les espèces de champignons destructeurs sont pratiquement au nombre de trois : la Mérule, le Tramète des maisons et le Phellinus. Leur présence se manifeste par des dégradations des éléments en bois, compromettant leur solidité.

Le Tramèteprovoque de dégâts qui sont bien moindres que ceux provoqués par la mérule. Et la présence du Phéllinus est assez rare.

Le fléau qui hante le plus les propriétaires est de loin la Mérule. Ce champignon, faisant partie des nuisibles dans les habitations porte bien l’appellation qui lui est souvent attribuée : la « Lèpre de la maison ». Dès son apparition, il faut tout de suite réagir en faisant appel à un professionnel pour l’éradiquer.

 

Comment reconnaitre la mérule ?

Etant un champignon lignivore, la mérule est une des parasites du bois très répandue dans les habitations. Vous le rencontrerez dans les lieux humides et sombres. Ces sont surtout dans les caves, sous-sols, combles, sous les éviers, les joints de maçonnerie près des canalisations. Elle apparait à cause des infiltrations d’eau, suite à des remontées capillaires, à un bois humide ou après un dégât des eaux.

Sa propagation se fait de manière très rapide quand les conditions favorables sont réunies, si bien que son effet destructeur peut atteindre les revêtements comme les enduits, les parquets, les tapisseries, et même les livres et le mobilier.

La mérule, fréquemment appelée mérule pleureuse est surtout présente sur les essences de bois résineux. Elle a un aspect cotonneux et blanchâtre. Si les zones infestées sont atteintes par la lumière du jour, la mérule prend une couleur brune.

Reconnaître la mérule vous permet de détecter prématurément sa présence afin d’adopter rapidement un traitement préventif et curatif contre les champignons. Cela doit également vous alerter et résoudre les problèmes d’humidité afin d’éviter que le problème soit récurrent.

Dans tous les cas, les traitements préventifs doivent toujours être réalisés :

  • Assécher et bien traiter le bois de construction, surtout le bois de charpente
  • Brûler les maçonneries au chalumeau pour détruire la fructification et les filaments invisibles à l’œil nu
  • Eviter l’eau de Javel car la mérule l’apprécie
  • Effectuer un brossage systématique des lambris et les pièces de bois
  • Aérer et ventiler les pièces humides et les zones susceptibles de favoriser la présence du champignon des bois.

 

La loi Alur

La loi Alur, relative à l’accès au logement, est également destinée à renforcer les outils de lutte contre le logement insalubre. Elle vise à améliorer la protection de l’acquéreur d’un bien immobilier. Un article apporte de nouvelles obligations pour éviter les ventes de biens immobiliers ayant des vices cachés.

Reprenant les mêmes principes que ceux de la lutte contre les termites, la loi Alur comporte désormais quatre nouvelles obligations : 

Pour le propriétaire

Le propriétaire est tenu de faire une déclaration en mairie dès que l’occupant de la maison lui informe de la présence de mérule.

Pour la préfecture

La préfecture doit, dans les brefs délais, créer une zone délimitée. Dès que plusieurs foyers ont été identifiés comme zone de présence de mérule afin de limiter le risque d’infestation.

Pour les diagnostiqueurs

Le professionnel qui a réalisé le diagnostic mérule a l’obligation de renseigner les acquéreurs de la présence du champignon en cas de vente d’un bien situé dans une zone délimitée par un arrêté préfectoral.

Pour le professionnel responsable du traitement de la mérule

En cas de démolition de tout ou d’une partie de l’immeuble infesté, le traitement du bois doit être fait sur place. Ceci va également éviter l’invasion de larves des insectes du bois (termite, grosse vrillette, fourmis, etc.).

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*